samedi 20 février 2016

Fictionnaire langoureux de François Midrand


Locus Solus du Magnus Cantor Formularum
The Great Solutrean Gatsby
des chemins de Pouilly qui mènent à Rome

"Les gens qui se prédestinèrent à m'entourer eurent toujours un rapport métamorphique avec les différentes grammaires de moi-même, strates de pierres angulaires d'une fidélité qui se jointoya toute seule, probe principe cathédral qui s'entretint sans mal. Amour à mort du tour du propriétaire des calcins de l'ivoire de soi dans les couloirs à spirales de l'usure du non-mouvoir. Bélier métamorphe plus fort que louve métaphore. Alors que je surpris un jour les sources soufrées de moi-même et le pur ruisseau de mon moi s'entregloser, je fusionnais leurs potentialités harmoniques de voisinage afin que le manteau de mes roches les plus quintessenciées fondît sur la nue langue de terre recouvrant de son fermage la surface de mon âme comme fleur de sel à la lumière du feutre humide de mes humeurs boréales. Soie des pôles de mon for déchirée, la barrière entre l'intime et le solennel n'avait chez moi plus guère cours, la garde féale de mes anticorps et antigènes était toujours montante et ménageait qu'elle fût à tout jamais, comme le brome érigé des vierges pelouses de Solutré, vers le ciel dressée. Je veillais aux préparatifs d'une douce hémostase lorsque les deux laves du roi se mettaient en demeure de quitter le sillon moïste, mêmement absolutiste et égalitaire célestement à moi-même Vulcain, que je viens de vous teindre, pour vaguer hors d'une nature qui se contemplait avec amusement transgressée. J'adorais observer du plus haut de mon esprit l'exercice de Curia Regis de mon moi en son conseil. Car depuis l'enfance je vainquais la mort, la rose de mon interne évent avait la texture d'un autre pétale de souffle que celui de la fleur de culture Tudor. De ce cher et vieux pays, dévoyé dans les liens d'une consomption sucrée lâchement lacée autour de ses poignets que léchaient les hyènes, glissé entre les papiers crevassés par les mites de l'oubliothèque de la théogonie gaullienne, rabougri à force de s'alanguir des émois de mes surmois oulipiens continûment pris dans les calcaires politiques de l'accablement conchylien, précontraint à devenir socle mien, je dévorais chaque jour à l'arrêt de mon cerveau les verstes et lieues des steppes désertes mentales, sans connaître le manque de repos ni laisser venir infécond le sommeil. Je pris l'habitude d'aller m'enterrer quelquefois vivant dans les sables égyptiens d'une sobre mambre. Pour dissiper l'ennui de rentrer en France j'allais déposer les urnes de mes opposants de faïence, encalminés à Calais puis réduits en cendres, dans un mausolée cairote de style messidor. Je me gouvernais sans efforts, têtes et membre, au fil de l'eau des injures et des offenses comme sur la nef d'un unique happy-few désireux d'examiner depuis un tendre surplomb le travail des vibrations de son moi dans les remous des hélices de son caverneux royaume flottant entre deux imperceptibles transes.
Mes pauvres refont parler de moi, sortent leurs dictionnaires indexés sur mes vieux œufs qu'ils calibrent et repeignent à façon pour conjurer les inertes Pâques qui jamais ne leur ouvrirent passage ni ne les conduisirent vraiment jusqu'à moi. Quoi de mieux qu'un blog inconnu, connu pour la béance de ses ports, où déposer sa marchandise (comme d'autres, ni revus ni reconnus, s'y ravitaillent), s'inviter insérer le serial bus de sa petite clé, rétablir la fiction dans son bon droit et faire marler la splendeur solutréenne du champ de paroles de son incorruptible mort."
A comme Éduens.
Je me suis toujours laissé porter par le vent d'Autun. N'ai jamais reconnu l'anti-césarisme du soldat Charlus, grand par la taille, grandi par défaut dans les limbes de la Gaule des brumes du nord. Même au cœur des hivers extrêmes et sans lunes, copieux en querelles et caresses dans les luttes et les ententes des grégoriennes épactes, qu'eut à subir notre contrée, je conservais les amulettes précieuses que mon père m'avait données au collège de Bibracte. Jusque dans les affres du mauvais sort, que j'accueillis souvent avec une malice dissimulée, je concentrais mon moi suffisamment naissant sur Lucain. Je rejouais des blonds rutènes les actes, aux confins des fleuves je rejoignais pour m'y baigner les rives riches que tenaient les familles de l'élite de la portoria de l'Isle-sur-Serein. Déjà sous le moi de ma trame solifuge perçait vainqueresse la coque de mon âme à l'ombre de mon corps.
B comme Armorique.
Je n'ai jamais supporté la tranquillité d'âme de la Bretagne géophysique. Pour la rose des sables du Lorient de mon moi, sa péninsule fut toujours par trop accidentellement occidentale jusqu'à l'impudique.
Sans cette pointe encore chaude et fulminante, résultat des amours de volcans étrangement obscènes qui semèrent les enfants de granite dans des proportions immodestes, mon pays, devenu pentagone par la nouvelle amorce des choses, aurait mieux subverti les invasions vikings rémanentes, les razzias des pirates anglo-saxons, mes prédécesseurs, faunes errant sans couronnes, se seraient facilement sortis des émois ducaux et des épreuves conséquentes qu'ils imposaient à la naturelle faiblesse de leur voix comme si elles n'étaient que les restes de maléfiques éclats d'immanentes et intraitables causes.
La géographie simplifiée, tendue depuis l'arc picaro-normand jusqu'aux aires de mollesse des plages du rembarquement d'Aquitaine vers l'intérieur des serres, était l'idéal d'un tremplin vers un profond de verre dont nous atteignîmes rarement la plinthe lointaine. Le Cotentin redressé tel un moaï pascuan dans le blanc matin d'un lit de drap de lin isabelle devenait tour de contrôle, nos côtes festonnées par l'usure que l'on tirait de l'exploitation des homards, bleus comme des voiles de Klein, auraient applaudi le retour des maigres et humbles cortèges de nos inglorieux colons du déclin de la France au Nouveau-Monde et assuré l'anorexie à la table de l'appétit d'un audacieux chant du départ. Montoire et Blois, ports en eaux profondes, permettaient le succès des bons procédés des blocus du passé communs aux promesses de remparts que remplirait le futur, le tracé des TGV s'offrait zénithale coulure depuis cette source et rendait de la rondeur à de nouvelles Maginot. Une fois pour toutes Bordeaux, et sa forme d'une île pseudo-namnète, se voyait élue à la charge de représentation capitale, sans l'ankylose du tractus armoricain à la Venise venète toujours fatale aux liaisons romaines. Et le pays de se passer du recours aux grands hommes à cimeterres sous les satellites subliminaux. Je déraisonne, j'aurais aimé révérer les Bretons depuis l'enfance et les peuples riverains de la Manche en général.
Q comme la geste de la femme questionnante.
G comme la queste des points fixes de la géante. 
M comme Midrand.
Il est d'usage de rapporter que les ligueurs moites du drame d'extrême droite cherchèrent depuis la nuit de mes temps terriens, étrangleurs aux bavardes mains déformées par un goitre, le point de marcottage à mon nom pour en brûler la racine de la prononciation. C'est un fait qu'il arrive qu'on m'appelle "Midderrande" au grand sud des toits du moi de ma France lors d'émouvantes torsions douces qui fusent sans chichi dans la pronation d'un geyser de voyelles généreusement pharyngales. Alain Savary, en bon provincial (à jamais seul authentique héros de mes gouvernements du moi, mon épine d'Alger se devant de l'admettre), ne se gêna pas pour abandonner la nasale et recueillir dans sa bouche le déluge des quatre syllabes sous cette Flak consonantique jusqu'en 1981, date à laquelle les deux syllabes devinrent un standard, la marque déposée du sonal vibrant d'un timbre mort aux charivaris, un contrôle d'appellation, un terroir sonore, un nouveau sel de sons de Guérande. Un mandarinal écho radar. Pas exclusivement du côté de la clarté du Milde, quelquefois ein strenger Name qui estourbille et dérange par l'étrange parfum de l'absence même de Sturm et de Drang que pourtant ses lettres quémandent. Selfie d'argentique aloi, Midrand trahit dès l'origine le rythme du muid, mariage de la distribution des retentissants liquides, vin, soupirs, eau, lait, lymphe, sang, larmes à tous leurs stocks, et du partage des lourds ballots aux jutes assourdies, de riz, de cris, de chaux, de coke, de feutre de bruit, etc. Le traîneau d'un nome, cartouche d'un très ancien dynaste des siècles fastes, secrète médecine, baume caché de mes vastes carcinomes. Mon Rosemoi. Depuis des générations les muids sont notre milieu, midrash des semences du nord et des récoltes du midi dans l'infini de leurs coutures. Faut-il s'excuser de connaître mieux encore aujourd'hui Rachi et Pierre Barouh que ce monsieur Rahbi ?


(Suite à divers moments de l'année 2016 où je listerai le sexe, l'amour, l'argent, le désargent, l'honneur, le déshonneur, la politique, les amis, les amers, l'umor rédimeur, le mépris, ma comédie, leurs tragédies. Personne ne revient jamais relire un article déjà publié me dit le gars du blog invitant. Tant mieux mon jeune omis, vais-je lui répondre.)




Le temps de la pose greffée