The Drogman's Contract

Des poèmes, la plupart du temps étrangement laissés en l'état à l'initiative de leurs auteurs, traduits en français, au moins en grande partie dans le respect de cette langue espérait-il, par Hübert Perseault - 1970 - 🔇 2025



    (Résumé de H. Perseault :

    [Hübert Perseault, ou encore Uber Persaut, selon les graphies mobiles modernes et les pays fluctuants anciens, descendant direct via les fermes générales de l'axiome d'Etienne de Silhouette, qui transcoda Pope, est un traducteur non-professionnel par accident, occasionnel par défaut de la substance, souvent fiévreux, amoureux des langues étranges depuis sa tendre enfance, reconnu pour enfoncer sa glosse de diptère entre les fissures du dernier cadavre de poème se croyant à l'abri derrière la dune solitaire d'une baule abandonnée. Plaisamment sidéré par l'humilité familière aux translateurs opaques, ces remarquables étoiles chaudes de la spécialité, à l'abri dans leur moule de gaz antiques ou contemporains - voilés derrière l'émittance du corps de leurs sentences noires, consolateurs furtifs de la paroles éloignée, des expressions brûlées les discrets guérisseurs mangeurs de feu, rarement avares de superfluité lorsqu'il s'agissait d'exposer les saccades de leurs palpes et le délayage de leurs tissus salivaires interprétatifs à l'air libre du logos -, avec une frénésie toute booléienne, il eut avant de mourir temps de polir sa petite magnétosphère, bouclier contre les rafales de plasma qui cherchaient à plaquer leur masque de transcription sur le visage, visible ou nébuleux, des mots. Parce qu'il ne cachait rien de se savoir pénétré de la force d'être particulière à l'hérédité des lamellirostres de la métaphrase, souvent il consentit revenir à certains commentateurs perspicaces de signaler qu'il n'hésitait pas à sortir de son antre buccal l'organe-verbe copulateur lorsqu'il fallait marier l'esprit d'invention à la lettre analogue. From breakfast till midnight supper the closing bracket of the words's stage or landscape on their syntactic playground shall be kept clear


Le mot originel sous l'haleine du traducteur


                                                                                                *




        Сонет
        Мы снова проживаем у залива,
        и проплывают облака над нами,
        и современный тарахтит Везувий,
        и оседает пыль по переулкам,
        и стекла переулков дребезжат.
        Когда-нибудь и нас засыпет пепел.
        Так я хотел бы в этот бедный час
        приехать на окраину в трамвае,
        войти в твой дом,
        и если через сотни лет
        придет отряд раскапывать наш город,
        то я хотел бы, чтоб меня нашли
        оставшимся навек в твоих объятьях,
        засыпанного новою золой. 

(Joseph Brodsky - Стихотворения и поэмы, 1962)


        Sommes à l'aber de l'asile rebelote venus résider,
        Et prolifère la traînée des nuages au-dessus de nous,
        Voilà que souverainement synchrone tartarine le Vésuve,
        Et que le pulvérin descend de selle sur les ruelles
        Que les vitres des venelles pierreuses sans jonc de joint se mettent à vibrer.
        Lorsque l'un de ces jours nous prendrons perpète sous la pelle du poussier.
        Ainsi je voudrais, chasse-litote de cette heure débile,
        Parvenir aux confins exocrines en tramway,
        M'incruster à mon tour, t'entrevoir sous ton toit,
        Et si au bout d'une centaine d'années
        Il prend à une brigade de pionniers de fendre l'ocre carapace recouvrant les rescapés de notre ville,
        Alors je voudrais qu'ils me trouvassent
        Serti pour l'éternité dans les anneaux du liber de tes bras
        Couvert des épis et feuilles de nouvelles ailes de cendres. 

(Sonnet, 1962 - 5 février 2017. To Emma.)



                                                                                                        






        Hiérosolyme telle qu'en elle-même l'ailleurs du mot de la ville
        d'Atlantide qui s'est avachie au fond de l'âme de la mer.
        Du col jusqu'en bas englouti placenta tout vaqua. Les Eaux de la
        Jérusalem que sel démâta pas de l'échelle vissée jusqu'aux abysses
        mines des Anathemata. Depuis le fond les amines des carcasses
        saïtes parapets rongés se ravivent remontent les gravats de cultes
        aux vieilles dots, investies puis religes, les éliment comme convoi de
        navires naxiotes dolce naufragar de yachts aux abois dont nul pavois
        n'avoua la prophétie,
        marouflés de rouille érodés. N'ose rouille éludée, c'est réhaut de
        sève rouge dont lame jamais ne sécha.
        Amphores de verres à dîme recouvertes et rassasiées d'algues,
        laminaires et corallins mous monuments du temps démence à
        l'échelle de la manne du temps,
        caillebotte de pièces de monnaie mimes du roulis des jours enfouis
        dans la charpente des chais jusqu'aux abouts, avers reversés au
        passé que négociants essorèrent.
        Avalise aussi dans son bagage cernes et anneaux de souvenirs agiles
        zélés comme jeunes rires d'odes sans épodes
        souvenir d'amour aux senteurs d'irone éminents iris de la nuit
        première ibidem illico, souvenirs hors la couffe à nouveau
        manifestes
        et vifs inépuisés comme drague de jolis poissons qui s'alimentent au
        bréchet des rets, et se dandinent en tous sens s'agitent.
        Venez, or de la boue, réintroduisons-les dans cette Yéroushalaïm interne !
(Yehuda Amichaï - patua'ch sagur patua'ch, 1998 - Traduction : Hübert Perseault, il y a dix ans.)



                                                                                                                                                   *

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire