jeudi 26 novembre 2015

La Pesée des Âmes Désarmées À Leur Entrée dans La Tombe

442_ Les Larmes de Kôm Ombo
Sobek et Bastet ont-ils changé de camp ?
Quel est ce chaos
Qui les conduit de Naos
En Débir
Dans le fourgon maudit d'un décan
Et une succession d'ides au cuisant nadir ?

Sur les terres hermes s'avancent en nombres omineux
Les herbes amères des steppes dépourvues d'horizons
Que Goliath lacère depuis ses combles épineux
D'un ongle lent sur la pierre du contrepoison 
Adieux aux ombres, faire-part de leurs armoiries
Et succulence de leur moelle que l'on dévide
Comme les rajahs lions dévorent à Thoiry
Les sangs noirs en savane de la lumière livide
 

______________

J'en étais là vers une heure trente du mat', ce vendredi treize qui n'en était ici déjà plus un, tout semblait finir comme ça par la fenêtre de ma chambre, je sentais mon esprit prêt à traverser le poil de la nuit féline et partir caresser s'endormir les Nekomusume marchant nues pattes sur le petit Nil et les mini gawas, par les rues à mille canaux de la ville, voir les vibrisses s'affaisser lentement à l'orée de leur visage comme les pins aquitains dans les tempêtes de sommeil ou les rêves de jouissance, écrasées des lourdes références climaciques que l'on trouve toujours au rendez-vous dans les serres chaudes et les terreaux frais du carbone 1914 de l'existence humaine. Je pensais aux impotents des romans de Kawabata qui payaient cher des maquerelles pour passer à tabac plus qu'au tamis leur désir de jouvence auprès de jeunes filles plongées nues dans la sédation d'une cérémonie nocturne dont les jeux d'ombres aux feux des offices et des éclats de chair d'une lampe à faible puissance rendaient supportables les insondables vérités portées par le point du jour et son puits de lumière que lancerait le matin à la poursuite, le soleil hors d'haleine ayant force de perçage du capricorne des chênes, des vieux cristallins possesseurs de la science des plaisirs pris dans les lichens des voies opaques qui faisaient s'écarter les murs aux chimères et s'allonger sous les draps les demi-somniales séduites. Il était peut-être encore trop tôt pour Skyper son prochain, gens d'Europe qui me croyaient passager clandestin du réseau Morphée, enfoncé à l'orient des lombrics dans les entrailles des égouts parisiens, dernier refuge du grand jeu de rôle de la résistance en chambres et corridors où s'exerçaient les reflets lumineux des gymnastes du commentaire dans les théâtres de geste lubriques, moi le Mordor du mal duquel il ne viendrait à l'idée de personne d'égayer les feuillets de l'Hypnos jaloux, volontiers constrictor dans le décalage des anneaux du Mean Time, fuseaux dilatés debout. Serions-nous toujours l'Apopis de quelqu'un, inconnu celui-là, déjà serpent géant lascif à la gorge de notre propre parlement directeur d'une infatigable recherche de conversation, desquamée même, mue de paroles limonées vivantes dans le bouillant océan des diseurs, que nous nous souviendrions longtemps les avoir un jour tenues et échangées, noctuelles gamma des échos d'une audition fantôme, acouphènes joyaux d'une langue en fuite. Je pouvais entendre vibrer en moi l'image de cette belle endormie imprimée vivante dans la venelle de Nishiki, à l'oracle de midi, n'étant peut-être pas assez fatigué pour la soumettre à l'impérieuse envie de celui qui se masturbe tard le soir dans le noir paradis de sa cellule, je la laissais en majesté au centre d'une mémoire de chat-pêcheur muet de saisissement regagner sa couche de belle à miracle, fille naturelle de cette grange aux trésors dépeceurs du fugu des venins obscurs, dussé-je la perdre aussitôt dans les flots transparents d'un bassin versant son corps divin dans la vasque de verre d'une gigantesque marquise en forme d'artère que soufflait la canne couleur d'ambre du couloir de Teramachi.
À mon étage germait une boucle d'ambiance qui s'épiait elle-même sur sa tige en dispersant comme des petites brisures de riz blanc le thème Andrea de The Walking Dead, je voyais se déployer dans le vol furtif du battement de mon coeur le sol majeur de répétition qui boucanait de la vapeur de sa tonique inodore les détecteurs de fumée collés au plafond que falunait, d'un rêve obscène, la poudre logée dans les extincteurs. Le trait harmonique franchissait la porte blindée pour saurir les huit lignes faméliques que je tapais sur le clavier. L'Hôtel avait un nom bizarre qui me rappelait celui d'une légende italienne du cyclisme, le seul coureur avec Ocaña dont rien ne dérangerait se souvenir de chaque moment de la gloire lorsque viendrait défiler vers soi le cataclysme d'étranges instantanés au crépitement de la mort. Presque tous les européens étaient partis, des petits groupes de touristes chinois très peu cafardeux aimaient languir dans les salons et les lounges, ils y suçaient des crèmes glacées avec un air mutin qui n'était plus celui d'ordinaires Gaijins, les étudiants étrangers regagnaient depuis un mois leurs logements au pied des collines, je savais qu'en France une chaîne de cinéma repassait pendant la semaine le film que Melville situait en 1942. Les filaments électriques de la musique de Demarsan, toujours vivant, revenaient se greffer aux placages d'accords de Morton Gould pour se jeter sur le grillage de l'auditive resserre dans les brisants d'un internement aux sculpturales catènes mélodiques, remémoration tributaire d'un circuit neuronal qui entretenait lui-même, sur le compost d'un terrain vague maculé d'écume, carboné des cendres d'ultimes écueils indurés jusqu'à l'os par la masse manquante de glaciers disparus de leur seule volonté, le verger de son clos normand. 
L'agent Bégaudeau, champion de la Kick-and-Rush-critique, spécialiste du jeu court de l'esprit à une touche de balle rhétorique en alvéoles, frelon des friches hexagonales dans les ruches asiatiques, se moquait du film devenu l'emblème de la résistance française à l'occupant, peut-être l'enfant avait-il raison, après tout Jardy paraissait vraiment de plus en plus raide dans l'obscurité des placards au profond ennui de shéol, comme le formier d'un chapeau, au fur et à mesure de ses infusions empesées de vapeur lourde, telles les eaux en bouteille de Norvège, quant au Gerbier hydraulicien de l'antan des neiges, l'ingénieur était à la limite de la rupture dans l'intimité de son analyse renouvelée de Cavaillès, parcourant le souffle de la vie jusqu'au bout du No Man's Mind kierkegaardien dans la blancheur de l'évent d'une haute peur séparant, frontière marquée du trait d'un cil immobile dans la respiration du sniper, les états de présence et d'absence au monde. [Ceci n'est pas une discussion.] Balistique du lièvre et de la torture, lèvres Zen, bouche tordue, sourire du désaxé, le premier arrivé sera fusillé avec les condamnés prochains. Alors que l'on marche sur les racines des ombres voilà qu'elles repoussent de toutes leurs écailles épaisses sur les cheveux, les membres et les yeux de ceux qui les projetèrent dans l'escalier de leur mémoire armée de fers à béton noyés dans les trapèzes et les rainures de ses mille queues d'aronde. 
L'UDR métagaulliste de 1969, lunée sur des ruines érotiques, couleur de peine, en prenait pour son grade (la figure du Golem de Gaulle semble épingler la poitrine de nains cireux alignés au dos des lambris du salon dans la jardinerie du Couvent), entre trois imbéciles et deux enfants perdus, les Blancs et les Rouges préservaient de plein droit la domesticité de leurs chiens baveux respectifs au feu des marrons d'une future et riche faïence, on devinait que la cavalerie des hommes de Frenay s'occupait en priorité de l'approvisionnement dans ses caisses du blé américain promis par l'OSS en Suisse, qu'elle laissait les Luc Jardy-Moulin, visages ridicules sous le bonnet du sourire de l'aînesse, bouches risibles dont les lèvres s'amuïssent à force de mastiquer le plâtre malingre d'un morceau de frometon dans la cabine chauffante et restaurative, à leur amateurisme d'esthètes de la chose combattante, Madame Mathilde avait le regard humide des vaches sacrées de l'Aubrac, c'est elle pourtant qui aiguisait son couteau mental sur le cuir du courage physique et intellectuel de la troupe révoltée, flanchait-elle, battait-elle des ailes, en tout cas avivait le gyroscope des deux aviateurs du libre sacrifice, sur le plancher des caches les communistes ne tueraient pas le temps uniquement à pousser de la voie, dans les déraillements de trains sans horreur d'arrivée ni de guerre de partance, leurs rebelles intérieurs et autres mavericks apostats de la foi moscoutaire, Elsa aurait suffisamment de papier pour imprimer son roman, elle filerait ensuite en scooter vers l'anonymat de la campagne avec son fusible amant. Tout cela pouvait aller encore mais la déclaration d'amour fou au peuple londonien héros du Blitz que signait l'auteur dans une mémorable séquence devenait trop voyante pour ne pas plomber, d'un fil de mercure dissolvant, l'écheveau d'acier sur lequel se tissait la légende reproduite le soir au burin de Pékin sur une imago clipea en ivoire de synthèse dans les ateliers secrets et les forges catacombes des salles de séjour de parents démissionnaires, par des jeunes gens aux maigres épaules taillées en V minuscule dans un bout de fer à user la proéminence soudaine d'une bosse signalant le surgissement verruqueux d'un pôle de radicalité surprenamment moelleuse même lorsqu'on la comparait au maquis des larges coussins ébouriffés sur les divans d'un auguste et contrarié devoir de nonchalance.  
Le gendarme au commencement pouvait refaire honteuse provision de victuailles, le panier à salade bien conduire Gerbier vers l'hypothèse d'un camp proche de Saint-Paul-d'Eyjeaux, les souffrances du peuple français n'empêchèrent pas les nombreuses ombres des Justes parmi lui d'agir au nez et à la barbe de ceux qui les prirent pour de la vulgaire poissonnaille, bouseux adeptes des bretelles aux dos des pianos, rednecks du banjo, et de prier silencieusement dans l'incoercible bruitage, pélican lautréamontien hurlant dans les outrages, de la sirène d'alarme du sous-marin reprise telle qu'en elle-même lors du supplice souterrain des condamnés à la MG 42, crachant les balles au son, disait-on, d'une étoffe de soie déchirée par des crocs, flottante dans la rigole ensanglantée qui va se perdre au courant d'un invisible ruisseau.
Les écrans s'entoilent des bleus du film, c'est aujourd'hui la teinte du drap de normalité dont s'enveloppent les séries qui décrivent le mal, je me disais que ce film cultivait depuis toujours les images caverneuses de son propre tumulus, souvent le nom d'un film surgit à l'improviste, comme depuis le Cape Sable un saumon de l'Adour, dans les premiers échanges clandestins au café avec celle de lointaine origine russe qui, de sa façon de marcher, par le timbre de sa pensée, vous transporte, le vieux-soi succombé dans la mire d'un seul regard d'élimination, hors vous-même au champ d'amour. 
08h:15. Le soleil est là depuis deux heures, les images de la NHK miaulent doucement de l'engourdissement des travellings gelés dans l'attente de la dissipation des brouillards de la nuit américaine, les reporters d'images semblent se demander où réveiller un possible Jacques Tourneur commandeur décrayant les taches blanches, bleues et rouges sur l'écran des huiles gyrophares du grand véhicule de la balle du long minuit, paon-de-nuit pustuleux de ricochets sortant par magasins entiers d'un antre sombre. J'aspire lèvres insensibles le café brûlant, la famille, Paris, Huitième et Vingtième rugissants, les amis, nous ne savons pas de quels et de quoi, de nous ou d'eux, notre vie, la leur, devrons être les personnages renaissant, tous les souvenirs s'incinèrent, nous sommes sous le vent du sanctuaire Sento qui connut dix résurrections après totale calcination, comme L'Armée des Ombres sortit intacte des ruines fumantes des studios Jenner, la rivière Kamo ressemble à la Seine à l'est, sur la gauche un Chatelet, des Japonais de l'hôtel improvisent une prière, ils nous saluent d'un gasshô très profond et leste, troublée, une femme allonge vers nous ses mains jointes et s'incline. 
Ils paraissent discrètement tout faire pour que l'on ne tombe pas à genoux dans un fracas de comorbidité induit par les images qui clignotent toujours sur les téléviseurs des salles de restaurant. Je dois être le pareil de milliers de blogueurs français, je ne sais plus pour quelle raison je tapais les quelques mots blancs d'hier, ni ne me souviens du moindre intérêt que pouvait soulever leur sujet. 
Fumbled Fumaroles of the Mist. 
Les Ombres décidèrent, cette fois-là, de ne pas courir.

Multiplication des Ombres
Pendant l'archivage des ombres européennes,
le comptage des morts continue
Une Ombre Amie Sort du Malheur du Monde Et Te Retend La Lumière
L'Armée des Neko-den Et des Kater Murr
Dans la Chatellenie non-anxiogène des Ombres Et des Amures
La Guerre des Mondes Vichystes
Philippe Gerbier fait l'expérience, sous de muets lazzis
du prétendu bouclier pétainiste
dressé devant le glaive de la goule pilleuse nazie
I'd Better take My Case Somewhere Else


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire