mardi 3 novembre 2015

Francisco de Zurbaràn

437_ Francisco par Zurbaràn

À P-Emmanuelle G.
Claire de grâce
Vênustas vênustatum, omnia vênustas
Comme le Yua Yupik derrière le masque des chamans,
Sur le clavier de Francisco de Zurbaràn
La barra de espacios veut rendre chair aux bucranes
Abandonnés sur des autels sans regards
Pour acheminer l'eau
des sfumatos aux visages que le mensonge égare
La ùltima pincelada reprend la membrane
des chemins de la peau tatouée, coupée
Dans la vapeur saturante des chambres, buées de viduité
Nous offre les deux seins d'Agathe sur un plateau
Qui nous disent dans la marge
(Devant le lit d'une mercuriale sur un Αχέροντας
Où voguent les milliers de lourdes barges,
Sous les quolibets de las verdades del barquero)
Ce que liront, et davantage, au creux de leurs Cahiers
Édouard Manet puis Paul Valéry, yeux caillés
Par la transe du papillotage de la lampe tempête
Et les belles carnations de femmes déjeunant sur l'herbe des nuits, sans nuisettes
Urbanitas urbanitatum omnia urbanitas
ローマは一日にして成らず
Moskva ne srazou stroilas'
Les mille e tre conquêtes
De Giovanni dans la tête
Boîte crânienne, vertex, calotte pilaire, scalp de vanitas
Fanfaron se surpasse dans le sorpasso
du retranchement d'âme, zancarròn essoré à toutes ses fibrannes
Zamora ne s'est pas faite en une heure de vente à la bougie sous le boisseau
La Fuente des Cantos de Wifredo
Abreuve la source de Picasso
L'Âme de Zurbaràn
Retend à Sagua la Grande sa toile de gourgouran
Rebâtir, passée commande à Palladio,
Rome à la campagne qui tue là-bas ses marionnettes
Comme le fit Monsieur Teste
Non è vero non uno dié Roma aedificata est

Masque "Eskimo" d'Alaska -
Tuunrat (avec chien-loup noir) du Groenland -
Par les peintres aléoute
et inuit du nord du Vinland
Francisco de Zurbaràn (peintre du roi sur la route)
et Wifredo Lam (des glaces de Cuba) -

(Photographie Uberperso)