vendredi 30 octobre 2015

Flaques de Verre de fenêtres éclatées jonchant les parterres

435_ Sixto-Cincinnatus dans sa ville de Détroit
Sugar Homo Sacer Man

Veritas Vos Liberabit

To Malik Bendjelloul
On average on Avery
Everybody abandoned one's reverie
This kind of street
(Built concrete
In a suburban mind
That makes dead ends meet
And fills the city's cavity
With an amalgam of glasses of Bourbon
and dark fires illuminating like prints of radiocarbon
the difficult passages and the blind
Write-offs,)
Used not to confabulate warm in its alcoves,
It was a real American story
Which a Blue Model Army
Unexpectedly threw under the bus of agon
And replaced with some sort of inner Comecon
Destined to suck out from the inside everything up to the top of the ridge
Ruining all the urban delicacy
Surrounding the commonwealth of Woodbridge

Introït à Detroit


Futile Discussion :
Impeccablement inutile.

Entamée à toute vitesse depuis un pad avec des moufles de mammouth possédé par une attirance malsaine pour les marais, les zones humides, le milieu halophile.

A Most Disgusting Song est mon texte, du genre qui vous auto-mutile.

Je ne le sais que trop bien. Knavery is all the rage and is hard to disband.

Vous vous aliénez le peu d'amis qui vous reste, impossible de soumettre à la réflexion de ces gens sensibles et toujours bien disposés, ne maniant jamais l'insulte, quelque idée sortant des rails de la catéchèse normant les esprits rebelles à toute propagande.
Chances infimes de vous entendre aller noter combien la ségrégation et ses éclats de violence étaient plus importants au Nord qu'au Sud des Etats-Unis entre 1945 et 1965 si l'on prend les statistiques d'attaques contre les maisons des Américains noirs, non cela déchargerait trop la barque des fameux rednecks du Dixieland, ces pauvres diables incapables de bien voter depuis qu'ils ont lâché les successeurs de la famiglia Kennedy, autant ne rien rappeler de la bureaucratisation rampante menée par le Parti Démocrate qui devait aboutir aux cauchemardesques bastions (écroulés à Detroit et en passe de l'être à San Francisco) monopolistiques constitués d'un maillage serré de tours d'ivoires et de donjons distribuant les entitlements à une population d'obligés habitant les grandes métropoles, avec leur cortège de taux de criminalité crevant les plafonds, la militarisation de leur police, leur croissance économique anémiée par les taxes suprêmement variées, leur système scolaire failli (j'ai connu les dotations miraculeuses en argent dans les zones d'éducation prioritaire de France, même si aujourd'hui les "Lycées et Collèges de la réussite" semblent mieux les conduire), ne rien en dire car cela donnerait du grain à moudre aux 'fascistes' déguisés en conservateurs. Pourquoi signaler que les riches (un terme que Sixto Rodriguez prenait dans le sens généraliste, je le concède) businessmen de la nouvelle économie de la Silicon, et leurs frères de Hollywood, abreuvent de cash les amis du lame duck ? Ces mêmes gens sensibles ne doivent à aucun moment se rendre compte que les sables bitumineux de la classe moyenne (une masse de personnes un peu sale, bossant pour elle-seule, des petits entrepreneurs esclavagistes du peuple qui ne lisent pas les bons livres ni ne connaissent Saul Alinsky) sont pompés jusqu'à l'os du dernier dinosaure enfoui dans le dernier champ pétrolifère (dont l'industrie doit de toute façon disparaître), que Chicago est sur le point de sauter assise sur le baril de poudre des assurances retraites supra-généreuses acquises de hautes grèves et luttes syndicales par le personnel municipal. Avancer que si les gens fortunés s'en fichent de régler de lourds impôts en Californie, c'est sans doute parce voilà le prix à payer pour demeurer à l'abri dans leur condos bâtis sur la côte, quitte à laisser pourrir dans la misère et le manque d'eau l'hinterland (que la classe moyenne et les professions libérales désertent pour le Colorado ou mieux, l'Arizona), les Démocrates sont souvent pro-business quand les Républicains sont pro-market, le type de subtilités dont une ou un jean-lucho-mélanchonien(ne) moyen de France ne tirera rien pour établir la belle course sous les vents dominants de sa toute puissante intellectuelle gouverne, elle, lui, représentants d'un bateau ivre de révolution (à bas celle de velours, les-entend-on quelquefois gueuler, Havel en sut quelque chose) ne voguent eux-mêmes plus au moteur, peine de parlour perdue, loft labour's lost, tant que l'on peut observer tout ça depuis le toit-balcon de son appart néo-géorgien, rien ne presse, échangeons en bonne compagnie nos clichetons et dénigrons en rond, Only Good For Conversation, alors ? Même plus, cher Sixto, inutile de leur raconter les misères subies par les Chaldéens de Detroit, encore un posse de petits commerçants, des richards (hélas non, même pas, des gens simples qui fuirent le Moyen-Orient dans les années septante, avec très peu d'argent en poche mais qui suèrent sang et eau pour s'en sortir de façon légale et pour que refleurisse les parterres du bien commun), chassés de bonne guerre comme des rats par les gangs de la pègre black (rappelle-toi Barbara, lors des historiques émeutes, les assassinats ciblés de boutiquiers coréens à Compton au début des années nonante), de leur demander pourquoi Berry Gordy quitta le Titanic vers 1972, inutile. Et d'abord quelle est la raison de cet affadissement de la musique noire ? Pourquoi sur la devanture des bars tenus par des anciens des studios Motown peut-on lire des affiches interdisant la musique trop forte, la violence dans les mots, les propos insultants, do tell baby. Pourquoi les gens du bien, dans la nef des dénonciateurs de fous toujours assis du bon côté de l'aile, révolvérisent-ils aujourd'hui plus que symboliquement à bout portant le docteur Ben Carson ? Peut-être a-t-il eu le mauvais goût de s'extraire tout seul de la matrice de la pauvreté, comme Johns Hopkins, peut-être parce qu'il vient des ghettos de la ville immobile sans motrice et qui doit, no matter what, le rester pour l'utilité de l'image et la suprémacie du narratif. Inutile. 
Inner City Blues
This Is Not A Song, It's An Outburst.

Caster Snow Sugar Blues