samedi 11 juillet 2015

Voyages of Life



Deux photographies du film Voyages
(d'E. Finkiel - 1999)


À Emmanuel Finkiel

Ba sfat ha yam ha safa-ha-yehudit
langue de mer langue de terre la gangue yiddish
terme du voyage à grand'erre roues pleines ou gonflées à la chambre nerf des voix érudites
vieil allemand nouveau russe acrostiches de tous les noms jadis pris en sandwiche
Rivka Véra femmes de lettres ont suivi les quatre chemins reîtres de leur arbalétrée
Fun mayn finsternish Ikh bin geven...
Tout près de la Maison du Fada les souvenirs s'enflèchent enchevêtrés
liquéfient encore une fois l'encre des steppes urbaines que déglacèrent vos veines
"Razmytoiou strotchkoï vdali
Stepnye tchernila legli"

Un vers détrempé d'Anna Margolin
goutte au grand volver de la chevelure blanche d'Esterka Gorintin
s'ouvre le bord de mère au sang roux des lèvres de Jessica Chastain
A Reddishe Mame
étreint l'estran des algues rouges de la Grande Verte
Les Medée folles d'hier dont les filets sont enlarmés
rendent les enfants pierres qu'elles ont volés par milliers
l'énorme jusant de la mémoire ne s'étire plus que sur le bout de la vague que la langue a découverte
Israël n'est-il qu'un pont très loin sur le 'i' du pacifique Al-Muttawassit ?
Est-ce lui qui avance son nom au beau milieu de l'étrange Thétys et tient son yiddish tacite ?
Évreux asile des liens aux Éthiopies
Vigile Mizrahi de l'Hébreu israélien
Aminés acides polyméditerranéens
Moira Vostram, yam helix des héliotropies
Lactases foudroyants de l'encrage rouge et noir
Ha Levanah de Byalistok dont l'aimant remanie
le Mediolanum réoxydant la plage du soir
aux carmines de l'Askhénaze macromnésie
 

Fidèle écho de Terence Malick à Emmanuel Finkiel ?
(The Tree of Life - 2011)
Ou simple circonstancielle écholalie ?