vendredi 31 juillet 2015

Le petit Flaperon blanc

410_ Persistance des effets de Réunion
dans les vols défaits et les combustions de la distance


Il était là dézingué
Métal abandonné dans le blanc de l'oeil de Dieu
déjà rongé par les habitants d'un banal banc de corail
câbles coupés torons sectionnés hydraulique privée de funérailles
flottant ses huiles et beurres de fanal dans l'antre de son os creux
entre deux échos otelles ôtées du blason sourd aux appels transpondés
Reste enchanté
Persona dézoné Âme tranquille pourrissant ses chairs ouvertes
sur le zinc d'un bar où s'était attablé quelque chicot de la gueule d'un squale
rôt pétrifié sublimation parfaite d'un squelette d'oiselet à l'escale
Volatilisation des mots pour le dire de manière experte
D'une scène parlante exsangue versification muette et décharnée
Visite à l'Île Bourbon
d'un avion à fuselage de chimère auquel ne manque voilure de spectre
Membre revenant, douleur fantôme des doigts pilotes glissant à l'extrados
Mouvements lents des ailes de Janvier de Bénévent songeur à d'anciens vols véloces
Liquéfaction suprême des ailerons du sang dans les longerons aux semelles de charbon
Morceau de MH 370
Amir amiral des airs suicidaire ?
De Kuala-Lumpur l'échine À l'opéra de Pékin règne le port du masque
Il faut toujours vaincre les bêtes faramines à caudales de Tarasque
Passagers emportés par le fond clandestin Filaments de chevelure des laminaires
Hommage d'un préjudice
Mascareignes marines terminus des courants du monde
Bout de fer à ruser qui trompa les satellites
haubanné quart de moelle sur le pont dans la blancheur d'une algue fugacée
Rubanée sa nature est morte dans les recherches agacées
Naissance sur son dos de minimes oolithes
Les aérodynes n'existent que dans le coeur de ceux qui les sondent.
À ses ailettes les saumons
n'étaient déjà plus là dévorés