lundi 5 janvier 2015

Sumimasen, loro sguardi si sono incontrati per un attimo zen

Deux mâles Alfa
Roméo acides 
pour un rodéo
non-fratricide
dans la Giulietta


366__Ma, pour la peine, non si sono mai capitti.

Ou peut-être que si, comme deux vaillants wapitis,
Chassés pour le même brame, signe du drame de leur vie.
L'un, allongé sous le drap de la plage d'Ostie,
L'autre, dans la bouche l'hostie de sa biographie
Encore fondante à la salive des accidents

Qui les mord avec force mâchoires de longs varans,
Vivant au coeur du cercle rouge Malgras & Sandents,
Tous sous-prolétariats que dénombre l'Occident.
Les prélats du journalisme à décombres lents
L'annoncent mort, comme Keith Richards, avec appétit.

À l'encre de miséricorde ils décrivent le monde,
Le Français, di sotto in sù, crève de sa sonde
Le plafond de verre de la peinture de l'immonde,
L'Italien repousse, de la quadratura, l'onde
Qui calfeutrait murs et cadres de la société.

La Near Death Experience étend à satiété
Ses ombres sur les noms des domaines de la Cité,
L'Early Afterlife est une sensation tissée
de mèches de photons offertes par lucidité,
Chacun voit depuis positions que leur faille fonde :

H., au grand midi, se voit maudit à sa porte,
P., vers minuit, se sent porté par son daemon.
__Ce sont manuscrits amis que sang emporte.
Murmurent-ils unis dans un sommeil d'Endymion.

Pier Paolo a donc repris son Petrolio,
Soumissionné Michel afin, qu'ab initio,
Il entreprenne des recherches de signaux filiaux
de son roman sur le maestro Enrico,
En France, patrie du vieil Elf, aujourd'hui Total.

Michel n'est pas très chaud, l'ennui rend fort létales
Les tentatives de tremper aux mêmes eaux foetales
l'Histoire de ces deux pays, frères de lait ecclésial.
L'Italie possède un sens du tragique natal
Que miroitent, chez sa voisine, farce et imbroglio.

Il préfèrerait se pencher sur Karl Huysmans,
Sa vie, son oeuvre, repompées de son style immense,
Trouver du pétrole, au château de Lourps la transe,
Tomber d'En rade en pétole, vole rêve à démence,
Remâcher mâchefer d'une enfance en Algérie,

Plutôt que penser à Christophe de Margerie,
N'est pas qui veut, dieux du Golfe, Enrico Mattei.
Chacun d'eux doit se fendre d'une faciale surgery,
Comme mozarabes ouailles de jadis aux bergeries
Sous craquelles du feu grégeois de la ressemblance.