mercredi 28 mars 2012

97__Lorsque je sors d'un jeu vidéo, le regard vitreux (pas forcément hideux ou vide), je reconstruis l'hymen impavide de mon oeil paresseux, dans le fin trait de lumière livide de sa meurtrière, à la membrane-lid de ses cils malicieux.