mercredi 19 octobre 2016

Annonce

Forfatteren Henrik Stangerup

Pour chaluter la mémoire de Henrik Stangerup.
(Ce post s'auto-détruira après-demain 21 octobre à minuit.)
Cet écrivain était connu (sinon même célèbre) dans la France des années quatre-vingt.
Oui, vous avez bien lu, en cet âge bienheureux les lecteurs de ce pays vénérable savaient discerner les liens du sens qui désunissaient Karen Blixen à Hans Christian Andersen, Søren Kierkegaard à Peder Ludwig Møller, Meïr Aron Goldschmidt à Karen Blixen, again.
Temps bénis où la littérature frappait de plein fouet la porte blindée du paraclet des cognoscenti, délicatement l'enfonçait, pour meubler le salon noir de leur conscience encore amidonné des odeurs de brûlé mises en place par les 451 gazetiers de la fraternité Fahrenheit, faisant fi des biais des charpentiers de la critique tradito-transducto-relationnelle, des poseurs stygmatistes des marques de Pietàs sur moquette de la Maison TaleQuell, comme de ceux des bricoleurs de la proto-pop philosophie, des tapissiers de la Fringe theory, des plâtriers médiocentrés de l'Héliologie, des carreleurs de l'over-structuralisme, et de ceux -- menuisiers obsessionnels du millimètre cube obsidional -- de l'antique sœur maçonne des slappings à la truelle, la critique marxiste.
J'espère vous en parler plus en détail demain soir ici.
(Je peux en attendant dormir tranquille sur mes deux oreillers, dessus l'un desquels ne repose aucune tête - en mauvais séducteur kierkegaardien que je suis pour l'instant - car absolument aucun des fidèles de Google ou presque, s'il faut excepter une amie chère qui se multiplie par cinquante, ne clique sur les links purement littéraires attachés, signe des temps, comme des appeaux, fantômes de canards colvert en plastique, désespérément décédés ou mimant l'être.
À demain donc, ou certainement pas.)