mardi 23 août 2016

Les Sorgues des Salines


To Ємачка 
Outre les lits de plumes, il y avait un édredon. J'étais dans les plumes de tous côtés.
Gérard de Nerval, Les Nuits d'octobre - XXIV - En Prison
Elle venait du grand oblast au nord-ouest de la Russie.
Sa famille originaire de Novossibirsk, jusqu'aux confins d'Irkoutsk, se trouva diluée lorsqu'elle connut le grand partage des eaux qui la renversa, pot de lait dans un suraccident au carrefour de la gigantesque entreprise de pompage -- commis par les нѣмъ, les muets du Pays pagan slavon, ceux qui n'entrevirent jamais d'Ouessant, ni ne perçurent traces d'occident --, sur les tressauts de la ligne de crête tremblante d'une Histoire que des mains, trempées dans la substance molle du locus niger d'un noyau slave, propagèrent comme une balle de coton de la Mer d'Aral fusée par la gueule d'un lance-roquette. Sortie du derme de cette visqueuse trituration digitale et rubescente, la pâte restait humaine, l'Homme Nouveau se devait de prendre ses quartiers de viande aux étals de la congrégation de l'Abbaye de Golem, certains décidèrent plutôt de partir pour la ville de pierres, d'autres choisirent de s'enfuir, à la sueur lapidaire de leur front rougi, par le port d'Odessa pour Le Caire, Marseille ou le petit Londres hospitalier de la très humble Valette.
Sankt-Peterbourg, Leningrad, Petrograd, Piter,
puis le Havre, Rouen, Paris, fut le chemin d'Emma.
Emma, Emma... Cela ne rappelle-t-il pas le nom d'un personnage de Schnitzler ?
Le Havre n'est-il pas l'autre lieu de l'une de ses Novelle ? Gérard ne la visita-t-il pas en '47 ? Un fiacre, une course en ville, un pont, les pavés rendus glissants, le mauvais tempo, vent contre, autre accident, les morts, mêmes lorsqu'ils reconnaissent leurs torts, sont d'incommensurables bavards.
Le rideau se balance dans la nuit déjà chaude de cette imperceptible saison qu'est le printemps au Japon.
Le comput des ombres maigres de l'été tient à la rendre vite vagabonde et l'envoie paître dans l'entresol des calendes grecques décaper, de ses sèves révolutionnaires, le salpêtre des almanachs solaires d'une Sainte-Palégie, rue de la Clef des Champs, où croupissent les avenirs dettiers, voleurs de cycles temporels, arracheurs de pétales aux jours qui passent.
L'étoffe se meut comme un serpent cherchant à étancher sa soif de chaleur corporelle aux creux des plis des membres ou à même la peau du ventre des belles endormies comme il l'avait observé dans un village de la campagne de Battambang.
Souvent ces voilages l'agaçaient, à l'imitation des roues arrières de motos (ou de vélos) inertes, dépourvues de béquilles d'atelier et promptes à s'affaler dans l'absence de vent, de l'idiotie des cintres nus, et de la vilenie du tube souple des vieux aspirateurs à filtres qui s'étranglait pour un rien.
Un fiacre, la pluie tombait, cela devait être l'hiver, à la fin des heures de Debureau le mari ralliait-il son foyer ? les minutes se détachaient des secondes qui elles-mêmes mimaient se rouler dans la poussière des niveaux hyperfins d'un atome de césium, le pauvre amant mort devait commencer à se sentir mal à l'aise dans la peau de la poupée de Kokoschka, à l'écart du moindre départ de feu d'un spongieux anachronisme, hâve et boutonneux comme une allumette mouillée qu'on tenta jadis de craquer, un peu morveux dans son autosimilaire Kutsche.
Les Arts plastiques, son espace psychique, mais aussi la littérature, comme il se souvient.
Elle n'est pas cette Zweigerische Sängerin qu'il aurait une nouvelle fois pu rencontrer sur l'insipide chemin de l'amour recommencé.
C'est elle qui lui fait pénétrer le Jung Wien de Arthur Schnitzler, lui montre la voie du vaste domaine du covenant austro-hongrois propice à un Großstadtroman lequel finissait par devenir étouffant s'il fallait en croire l'enerviert Zweig.
Homme délicieux qu'il rencontrait au Parc, Schnitzler vit en lui quelqu'un qui s'enthousiasmait comme la mousse pousse au col des Bockbiere servis à la pression sur le zinc du Café Griensteidl, un bon écrivain qui sait pertinemment ne pas reconnaître au plus profond de lui-même la véritable teneur de ses pensées, ni bien voir la couleur de ses intentions, confie-t-il à son journal de janvier 1916.
Il ne pouvait s'empêcher de penser un instant à D.H. Lawrence et son légionnaire siciliano-maltais, corps de vautour gras à bouille de moineau, miroir trop fatalement contraire, Maurice Magnus.
Les mêmes sortes d'interférences, comparables fritures sur la ligne de flottaison des sentiments qui sautèrent, comme les tics au visage, en marche du monastère dérivant vers son équateur terminus.
Un chemin de rue de la Vieille-Lanterne.
Froid intense, minus 18°, voilà des lustres que la banquise corruptrice baignait les dents et les os du Brésil.
Magnifique Ausgleich des BRICS, si beau qu'on pourrait refaire débâcle d'un Komintern.
Comme aujourd'hui, Schnitzler voyait s'estomper le passé, hautes traditions, Zweig et lui, tous les autres à Vienne, ne pourraient bientôt plus compter que sur leurs ressources, et ne plus rien attendre de l'héritage parti lui-même en exil.
Et en permanence ce vieux modernisme qui offrait sur un plateau toutes les conditions requises d'un désorient.
Emma est toujours à la recherche d'un Weg ins Freie et l'y attire.
Il ne s'en remettait pas. Pas de rémittence, (le brûlant tube de l'orgue de glace donnera le la jusqu'au dénouement), passent les heurts qui gardent la vitesse, s'épanchent les nuages du savoir blanc, restent jumeaux l'iceberg et le navire.
Il adore pourtant les rideaux épais masquant les grandes baies vitrées dans les chambres de l'hôtel donnant sur la Kamo.
Décorations habituelles.
Masken und Wunder, on ne sait pour quelle raison, un vélin de coton blême subsiste ici.
Il a rêvé (non pas encore) d'Emma la nuit précédente, elle tourne la tête et lance un regard bleu-noir, il ne la reverra sans doute jamais plus.
Elle se tient sur la plage de la piscine et parle avec deux ou trois personnes, elle porte une simple écharpe ou un gilet qui ne cache rien de sa nudité, des jambes étrangères, l'enveloppe d'un teint qui n'est pas la sienne, horreur, il reconnait le corps d'une ex-amie de ses années jeune adulte, une nageuse blonde massive mais bien ciselée fait d'un bois érotique des plus précieux mais moins subtil, implacable brouillage, ce voilement indirect prouve qu'il ne touchera, ne caressera plus son corps, sa silhouette veut déjà s'évanouir, semble lui montrer, par un jet acide exactement orienté, qu'il n'a plus qu'à regagner la terre ferme, humus attachés à la rive d'un continent qui ressemble à la souffrance.
Tôt le lendemain il se sent fort. Son amour pour elle de plus belle pressant. Les voies des structures de la phusis mentale sont impénétrables. Amorce reste à la voix du logos, dont les électrons vibrent au centre de la loi non décrite de ses cerneaux. Pour les Francophones, comme dans les hôtels Barrière ou Accor de Normandie, ne monte que le Figaro. Papier fibre à réverbérer tactile nos tablettes d'argile grecques rendues aveugles par un écrasant soleil numérique. Nonesuch whitey. Le grand blanc du journal de l'à-côté de la vie dans les hôtels. Les esprits fantomaux ne s'usent que si l'on s'en va les serrer dans nos bras sincères.
Glasnost en transduction, le rêve de la nuit fait encore éprouver son courant, la densité des choses vécues est étrangement présente, il a l'impression d'avoir dû crawler pendant des heures dans un sommeil révélateur et que le pouvoir d'une glisse paradoxale, épaisse, grave, s'obstine à le porter sur la crête de la vague d'une veille inaltérable, vierge.
Comme au milieu de la belle description, du beau commentaire, que fit Pierre Boutang de l'expérience d'ensommeillement laissée par Montaigne dans les Essais.
La natation, dans la courbe de respiration qu'elle demande, est port de tête naturel pour le philosophe penché sur sa table d'écriture.
Le rideau blanc bat doucement entre les fanaux de la climatisation.
Qui sommes-nous, où allons-nous, lorsque nous semblons quitter notre corps (sans forcément plus d'histoires de décorporation animiste que cela) ?
L'auteur de L'Ontologie du Secret avait de très fortes pages sur le sujet vers 1973.
Le grand Vauclusien n'était pas l'expert en collationnements pour les granules que l'on retrouve infestant aujourd'hui la profession, péripatéticiens des alchimies usurpées, charmés d'exposer, avec au galbe de leur gambe le bas de côté garant des pas de contention, leurs petites boutures d'assimilations diverses et autres marcotteries.
Souci de la cluse, Belle Sorge pour l'allure de la vogue, clôture passée outre, résurgence du souffle des réminiscences, aller quérir la source des larmes de Virgile dans les canaux de survivance du sel lacrymal de Freud, et peut-être les trouver-là, les écluser.
Le rideau témoignait-il toujours du tunnel qui marche à nos côtés, ni devant, ni derrière, une compagnie de tous les jours, Gérard parlait lui d'un corridor... Masques des Perses d'Eschyle sur le guéridon, la voile du Moulin Au Beurre se reflète sur la viennoiserie comme un spectre d'amidon.
Nerval, cinquante ou quatre-vingts ans distant de Schnitzler, vit la langue du grand siècle disparaître dans le parler moderne du Paris de la vérité de 1830, comme les grands viennois, il repéra les efforts des différentes écoles de réalismes pour s'en moquer dans ses souvenirs et ses Nuits. Sa loutre creilloise empaillée replonge dans l'Oise vive. Un vol d'engoulevents fait le gros temps dans les tempêtes d'épiphanies du roman-feuilleton de Fridolin et d'Albertine. Rien su de Marathon, Tu n'as rien vu du cauchemar de Salamine.
Emma lui dit un soir d'octobre qu'il ne pourrait jamais savoir vraiment s'il plaisantait avec ses poèmes romantiques dans le goût allemand, tout comme Poe d'ailleurs je te ferais remarquer, Ligeia, Rowena, Redegonda, même tromba, et que certaines de ses héroïnes, comme Célénie et la fille du pâtissier de Chantilly, qui portait des gâteaux aux comte d'Ory et dut subir un sort approchant celui de l'Else de la fameuse nouvelle de l'écrivain-médecin autrichien, peuvent s'attribuer par anticipation un air de parenté avec quelques unes des figures féminines, sublimes Sylvie d'Ermenonville en Donau-Auen, à lui le magnifique écrivain de la couronne familières. Tiens tu savais que Les pères de Gérard et de Arthur étaient tous les deux chirurgiens ? Da, da...dearest. Massacre de Haïti, Tomàs de Torquemada, secrète Queimada brûlée, essorage des ciels de la Baltique à Tallinn, mes yeux crevés dans les Sorgues de tes salines. (Tapé le 27 juillet 2016 sur Vimeo.)
Les fantômes disparurent en jetant des cris plaintifs.
Gérard de Nerval, Les Nuits d'octobre - XXV - Autre Rêve