lundi 4 janvier 2016

Homère (ou Diogène Laërce) parisien et son cortège d'aèdes déclassés, apprentis rhapsodes, bannis de la société des géants de Lettres en mai 1968

apparition d'origine

450_ Lorsqu'il arrivait dans le Parc avec son porte-voix d'un autre temps, au milieu des sirènes émises par les embarcations -- que les ministres du bassin à la ronde poussaient de travers avec un bâton --, de la Polis fluviale, dans le contre-courant du flot des bastes, on surprenait les parents pressés d'attacher leurs enfants autour des chaînes centenaires des grilles du Luxembourg épaisses comme des troncs, et les voyait leur enfoncer de la cire de miels de thym chauffés sur place par le feu du Stentor François-la-Colère puis versés à vif dans les conduits auditifs des prépubères jusqu'aux entrelacs internes de la cochlée, derrière la vitre feuilletée du tympan, que portaient ordinairement éclatée les scoliastes.
Les marins de la Petite-Couronne-de-Stadt, défenseurs des orphelins œufriers du Saint-Paris-Pétropole, venus pour le précipiter vivant dans l'eau bouillante et trouble de leur can of worms doctrinaire des vieux Gibelins pilleurs de nécropoles, se figeaient dans les lacets prosodiques de son fourniment discursif taillé pour retourner sept fois les cathéters sous la peau des uniformes et habiller par l'envers les amis des prolétaires.
Fermer les yeux s'avérait le seul moyen pour qu'à nouveau les choses du discours viril les amollissent.
Il déclamait toujours en hexamètre dactylique dans son cornet à impulsion électrique, passant de l'éolien au ionien avec une facilité qui déconcertait les scribes de son entourage cardinalice comme elle désarçonnait les scripteurs décrypteurs le jour suivant à la Préfecture de la Polis.
Chaque soir le fils du tyran et principal Hipparque Maurice Grimaud fendait à cheval les rangs des agenouillés pour les dégrimer, avec un coton démaquillant, de la sordide marque blanche leur charbonnant la soudure des paupières, lourde crème d'henné qui faisait déchoir le troisième sens de ces cadets au niveau de l'étiage de la Seine ripaire agonisante au plus profond d'un charmant été. Ils retrouvaient la vue qu'ils prétendraient perdre à chaque lever du soleil pour mieux statuer sur le sort de leur père et mieux se boucher la vue de la mue de leur mère.
Vers 22h30 tout le monde rentrait chez soi.
Les chouettes Athéna capitalisaient sur la malepeur du peuple et restaient, même au printemps dans les hululements de la vobulation des poètes allemands, diurnes de coeur.
Au même instant,
Borélien rechaussait ses gants framboise sous les draps de la nuit invisible pour ne pas tacher le teint de beurre froid indicible de la peau du cou d'Aureynis. Il y avait longtemps qu'il perdait le sens du coucher, cela lui donnait du plaisir de se dégourdir les doigts au sortir du bercail en bois qui le maintenait gisant de toute sa foi en l'homme de demain, encore à la cave, lorsque régnait l'implacable lumière rasante du grand jour, midi dehors, mâchoire fendue par l'astre brûlant d'une toile de Matisse.
Les Gauchistes, les Maoïstes, chasseurs d'empires soviétiques, n'avaient pas encore l'adresse de son repaire précédent, il pouvait alors voir venir en rêve la vague d'orgasmes tranquilles s'affaisser sur les traits du visage soufi d'Aureynis, vague qui lui faisait grossir la langue d'une boule de salive difficilement contenue par l'impromptu barrage des multiples chambres pulpaires de ses innombrables dents.
Borélien, tout à sa mémoire revenue vernir l'arrondissement huitième du ventre de Paris des belles jeunes filles en cour, ne désirait pour rien au monde désespérer des souvenirs de la rue de Saint-Pétersbourg.


Sous les pavés de l'aréopage tombal, Borélien le jour