vendredi 19 septembre 2014

L'Appétit de Quelqu'un

Rogier de La Pasture, aujourd'hui commandant Van der Weyden, peintre-imagier de la Questure du département du grand Nord et des âmes de son jardin d'Eden.

À Reine
(мяумяу)                                                                                                           
                                                                                                                                                "Ainsi parlait Cabeza de Vaca."
343__"Les Gens du nord mettent au coeur de la peau des corps de vaches le seul oeil qu'ils n'ont pas dehors." 
Les moines du bouddhisme Zen, dans les laudes de fin du matin, rapprochaient des petites pierres chaudes près de leur plexus solaire lorsqu'ils fendaient en eux la sensation de faim qui les serrait comme une gaine, comme l'antimoine d'une couronne le pourtour d'une molaire.
Bruno Dumont veut-il retrouver ce savoir-faire et pénétrer de sa camera chiara (corpo a corpo, come la luce del giorno) l'intérieur minéral, obscur jusqu'au tréfonds, du corps astral de l'âme nordiste, en bon disciple de Pascal ?
J'y pense ce soir après la vision d'un épisode d'Hannibal, Baal des séries du mal ultime, intitulé Su-Zakana. Où l'on voit que son réalisateur prend l'absolu contrepied de l'esthétique dumontienne, noie personnages et décors dans le noir presque total, défléchit, vers les abats, les rayons de la lumière crûment aérienne, que le cinéaste français choie, lui, jusqu'au risque assumé d'en multiplier les blafardes rimes, lorsqu'il les verse en flammes, que divers enzymes retardent, sur les rides plastiques et les méplats de rives de visages déjà marquées par le peigne et la carde d'une pluie de cire diluvienne.
Dans l'histoire américaine c'est une femme entière que la police de Baltimore découvre dans les cavités intimes d'un cheval mort pour la peine de servir de coffre-fort. Elle n'est pas arrivée là par les voies naturelles, quelqu'un cousit pour elle, à la rapière, la scène d'un crime rituel élevé au cran d'arrêt des beaux-arts, digne de l'appétit d'une dentellière du Nord.
Domo, konnichiwa, nous sommes quelquefois les proies mercenaires de l'appétit de quelqu'un, les p'tits pouchins, (mi-turkeys, mi-oies), les gros rojins de géants Quinquins, saisis comme le chou-gobo, même par le dos de la cuillère, et placés sous le sabre solitaire des Ronins, fabres de l'ère Edo. 

Que d'Edo, dans cette artésienne série. Ses eaux claires frottent les chairs au chlore, implacable chimie, dans la résurgence des puits d'échanges silencieux que l'on capte comme des huets aux yeux de ceux que la psychologie bohème des bourgeois décalés de Paris appellent avec phlegme, "les Taiseux", sans déceler les trésors que les conversations achroniques (comme le lever d'un soleil, le coucher d'une ombre) cachent dans leurs muets oxydes de bore.
Dumont les met au jour, mats ou brillants. Dans les champs de carnage d'un béguinage de cendres pisse la tresse de lumière d'un insécable chinage, les vaches mortes paissent le refus des herbages aux tendres images que les humains laissèrent pour vivants.
Les accents du nord, à croupir en troupeau (comme osent le dire tout haut depuis leur nadir certains gens du beau sud), ne sont pas jetés en fâcheuse pâture dans ce feuilleton rude, chacun perçoit la voix de Dumont, tapie dans le sable de l'ouïe comme une limande, qui se réverbère dans l'oreillon du commandant Weyden ("Gendarmerie nationale !", on entend presque, éclats de voix venus du fond d'une combe, le ricochet de la réplique précieuse, comme aux marchands de Dunkerque une cargaison de bois d'ébène, du jeune acteur non-professionnel aimé de Louis Malle, auquel il fit jouer Lucien Lacombe, : "Police à la demande !")
À un moment, lorsqu'il visite la ferme du paysan Lebleu, sûr qu'il emploie le mot 'pasture', rien d'étonnant pour la réincarnation d'un grand peintre flamand, mixture d'un Jean le Bleu et d'un facteur qui fait ses tournées moins en bicyclette "à l'améliquaine" qu'en voiture C4 Citroën.
Les blancs et vierges personnages que mène Dumont sont des vagues défiant les brisants des Forts Mahon des Vauban du langage, des ondes qui désopilent les conduits naturels de l'expression dite orale bouchée à toutes ses oecoumènes, qui, en émettant les sons exacts des sentiments, décrivent les vrais courants du fleuve côtier du coeur et ses mouvements.
Le docteur Hannibal et ses figures de style intensément littéraires faisaient pâle biture, pour une fois, hier soir, sur le givre des herbes de l'hiver. Les trahissait la comparaison d'avec le flow de Van der Weyden et Carpentier -- Pharaons de l'été ayant fait un stage d'humanités à l'université de Sumer -- abondant depuis les mille tonneaux du verbe des envers, revanche de la bordure de la Manche orientale sur l'un des centres intellectuels de l'Amérique du FBI du futur.
Sa cuisine Kaiseki de gastronome rendait l'âme, dans la rumination de l'estomac d'un proche brame suivi d'un râle, devant les frites non grasses et les French Fries qu'on avale cuites à la lumière du nord fatal du drame de l'homme.


Hier, les mains de Jean le Bleu (souvenirs de : la main musicienne de notre cœur, la gâcheuse de mortier qui travaille dans notre ventre et la faiseuse d’ailes qui bat doucement comme un poisson entre nos cuisses ou y palpite comme une petite grenouille chaude) posées sur l'ex-voto d'un portrait de Jacques Tati peint en or, étaient gardées par les enfants des esprits du Nord,
P'tit Quinquin (et sa grenade chaude de bunker froid), la beauté de la trompette Eve, le chant odysséen d'Aurélie, Jordan l'affranchisseur des collets du gué, dans les lacets des marais, de la rivière Slack,
le binôme descendant des prêtres érudits prédicateurs du dix-neuvième siècle, (deux têtes de pontifex dans les turbines des silhouettes de Mister Bean et de Pierre Etaix), les porcins de l'abattoir de Marquise, et tous les habitants de Rixent, Beuvrequen, Ambleteuse, qui prêtèrent leur trombine dans les flaques de la lumière crue qui défie, sans qu'elle les obère, les âmes menteuses.
Comme on dit au Québec, "Aux alpages des estuaires picards, les taures étaient bien partagées, il n'y avait pas le feu des paroles de la mer au bleu du silence du lac." La vache hélitransportée du début est aussi le commencement d'une Dolce Vita, son cul, peut-être égal au bec du monstre marin trouvé sur la plage par un Mastroianni hypocondriaque.
Après le Kent et les victimes du killing spree à Southcliffe, l'enfant mort de la côte du Dorset à Broadchurch, Boulonnais, Haut-Artois et Bas-Ponthieu relèvent la tête de madame Lebleu prise dans une bouse, parfaite icône rétroversée d'une toile du Caravage, Judith faussement terrassée, la bouche, au sourire sage, taisant ce que les yeux nifent, (telle une grouse merveilleusement décédée sur la lande et les ferns où hurlent les temps heureux que rangent les vents qui passent dans des terroirs sans serrures ouverts aux nus paysages, à la grâce de lieux décapotés), par de mystérieux Holopherne, bouviers gardians de voeux, disparus ou partis en voyage.
À l'étage supralittoral, cimetières mérovingiens sous la lune, revoir l'autel votif d'Halingen, le portail du Wast à sa hune, le Portus Itius à Wissant, la cuve baptismale de Tubersent, réentendre les mots des gens perdus dans le paupérisme rural d'il y a un siècle et demi, démunis haïs par autant d'Ultramontains que de Socialistes burineurs de runes, à mille lieues de la diction d'Alain Cuny, on pourrait tout se dire avant demain, il faut savoir rameuter l'aube de son destin, en explorer le trait de côte à marée haute, la mer ne tend pas ici, comme ça, ce que la terre ne ment pas. Ainsi parlaient les meilleurs Alvar Nuñez Cabeza de Vaca.